CollPlateau.jpg

L'improvisation c'est le bouillonnement intérieur qui s'exprime par tous les pores, c'est les yeux, les oreilles et les mains grandes ouvertes pour saisir tout ce qui se passe.

 

Improviser c'est aussi accepter de ne pas savoir où on va, qu'il y aura des moments brouillons, des moments de vide, de surprises, des moments magiques.

 

" Il ne faut pas comprendre. Il faut perdre connaissance."  Paul Claudel

PDI_lesspectacles.jpg
PDI.jpg

Synopsis //

// Documents

// Soutien

Dossier

 Création

2020

Durée

De 15 à 50 minutes

De et avec

   Pour     

Tout public à partir de 8 ans

Regards extérieurs

Claire CARPENTIER

Gaëlle GILLIERON

  Pour

Espaces concentrant l'attention : cour d'école, courée, appartement, musée, bibliothèque, chapiteau, yourte, toit de building, chapelle, île abandonnée dans le Pacifique, catacombes, etc...

Yung-Biau LIN

WeiWei LIU

LogoFAUN.png

Données techniques

// Dates

LesSpactacles.jpg
img_7417.png

Note d'intention //

Une forme d'improvisation gestuelle avec des outils tels que l'acrobatie, les équilibres et déséquilibres. Avec des points de rendez-vous, des tours, des détours, des mots, qui s'entremêlent aux mains et au corps en mouvement.

C'est à travers diverses explorations que " Le Paradoxe de l'Incertitude " est né.

Avant tout c'est le goût du jeu et de l'instant présent qui en est le moteur. Face à des formes artistiques écrites, j'ai souhaité changer de registre, sortir d'une zone de confort et explorer l'inconnu. Entrer sur un plateau sans savoir en avance pour quoi y faire, comment, jusqu'à où et quand. Au détour d'une période où le monde entier ne pouvait plus tout prévoir, l'anticipation s'est évaporée pour laisser place à l'imprévu.

Le public embarqué de son plein gré dans ce jeu de l'inattendu a une place active au sein de l'improvisation. Sur la base de l'envie, plusieurs spectacteur·ice·s sont sollicité·e·s à participer activement à l'imaginaire de l'improvisation, tel une scénographie vivante.

 

On ne sait pas où on va mais ce qui est sur, c'est qu'on y va.